Courrier au maire


Mr et Mme Primot Daniel
5 rue tachen ar choat
29740 Plobannalec


Plobannalec le 23/04/2009

 

 

A Monsieur le maire de Plouhinnec,


Monsieur,

Suite à la perte de notre enfant, dans le lycée professionnel de votre commune, je me permets de vous sensibilisez, sur l'intérêt de notre démarche.
Sachez Monsieur, que 50000 à 60000 personnes décèdent chaque année suite à une fibrillation cardiaque, ils appellent ça, chez les adultes « la mort subite de l'adulte » et chez les enfants « mort naturel », Nous nous appelons ça « mort violente ».

Lorsqu'une personne est confrontée à ce malaise cardiaque, son entourage dispose d'environ quatre minutes pour intervenir. Au delà de ce délai, les chances de survie de la victime sont quasi inexistantes et la fibrillation conduit, assurément à la mort.

À ce jour, seul le défibrillateur entièrement automatique permet de conserver des chances de survie, dans ce délai très court. En effet, quels que soient les efforts des secours, le temps d'intervention est trop long pour espérer arriver à temps et sauver la victime.

Le défibrillateur est un ordinateur qui, par l'intermédiaire de deux électrodes appliquées sur le thorax de la victime, enregistre et analyse le rythme cardiaque. S'il détecte une fibrillation ventriculaire, l'appareil active sa fonction de défibrillation et se prépare à délivrer le choc électrique.
Désormais automatique et simple d'usage, le défibrillateur est utilisable par tous et le recours à cet appareil ne peut être considéré comme un acte médical, mais comme un geste citoyen.

Vous comprendrez, Monsieur le maire, l'importance que nous attachons à cette cause, c'est-à-dire rendre obligatoire les défibrillateurs dans toutes les écoles et les lieux publics.

Je souhaite, Monsieur le maire, que vous êtes un bon citoyen, et que par les pouvoirs qui vous sont concédé dans votre commune et après le drame qui à eu lieu dans votre lycée Professionnel, vous ferez le geste humain, de munir le lycée Jean-Moulin de Plouhinec et les écoles de votre commune de défibrillateurs.

Lorsque vous serez prêt, Monsieur le maire, en espérant qu'un autre décès ne survienne pas dans une de vos écoles, nous souhaiterions, être présents, et que la presse soit prévenu de la première mise en place du défibrillateur au lycée Jean- Moulin.

Sachez Monsieur le Maire, que nous ne nous arrêterons pas la, notre combat d'aujourd'hui en hommage à Erwan, est tout se qui nous reste, et nous arriverons à nos fin.

Dans l'attente, Monsieur le maire, veuillez croire, en nos sincères salutations.

 

Mr et Mme Primot daniel

Réponse: cliquer sur le courrier pour lire

 

 

 

Ajouter un commentaire